Premières recommandations françaises pour la prise en charge de l’hidradénite suppurée

D’après un entretien avec le Dr Jean-François SEI, président du groupe de travail "hidradénite suppurée" du centre de preuves en dermatologie de la Société Française de Dermatologie - le jeudi 05 décembre 2019

Partager

L’hidradénite suppurée est une maladie complexe et invalidante, avec un retard au diagnostic important et une prise en charge difficile. 

L’hidradénite suppurée (HS) ou maladie de Verneuil est une maladie cutanée inflammatoire chronique caractérisée par l’apparition de nodules et d’abcès douloureux évoluant vers la suppuration, la fistulisation et la constitution de cicatrices très inesthétiques, localisés surtout dans la région périnéale et les grands plis. Sa prévalence est estimée à 0,7 % en Europe. Elle survient préférentiellement chez les femmes (sexe-ratio de 3 pour 1) le plus souvent après la puberté et évolue ensuite par poussées douloureuses, suppuratives, plus ou moins espacées ou sur un fond continu. Elle altère fortement la qualité de vie personnelle, sociale et professionnelle en raison des douleurs, du suintement des lésions, de la contrainte des pansements à renouveler et parfois de l’odeur désagréable. Le délai avant le diagnostic est élevé́, environ 8 ans, associé à une errance médicale très pénible pour les patients atteints. 

Jusqu’à présent, l’hidradénite suppurée ne faisait l’objet d’aucune recommandation française et les recommandations existantes n’établissaient pas de véritable hiérarchisation des thérapies disponibles, laissant le praticien démuni face à cette maladie complexe.  

Premières recommandations françaises par le centre de preuves en dermatologie

La complexité de la prise en charge de cette maladie et l’importance du retard au diagnostic ont motivé le centre de preuves en dermatologie à émettre des recommandations françaises et de créer un outil d’aide à la décision thérapeutique selon le stade évolutif de la maladie afin d’aider au mieux les praticiens dans leur pratique. 

Le groupe de travail présidé par le Dr Jean-François Seï était constitué de 13 membres. Cinq experts reconnus dans le domaine ont été consultés et les recommandations ont été relues par un groupe pluridisciplinaire de 36 médecins indépendants. S’appuyant sur une analyse approfondie de la littérature et une actualisation des données, ces recommandations proposent des schémas thérapeutiques adaptés à chaque situation clinique sous forme d’un algorithme thérapeutique à 6 entrées qui prend en compte plusieurs critères dont le grade de Hurley, le nombre de poussées annuelles et les pathologies associées. 

Aucune thérapie actuelle n’est 
curativeLa prise en charge est multidisciplinaire médico-chirurgicale et doit s’envisager sur un mode séquentiel de long terme par exemple traitement antibiotique d’attaque suivi d’un geste chirurgical relayé par un traitement d’entretien préventif médical par antibiotique ou biothérapie. 

Chaque professionnel de santé et patient peut avoir accès à ces recommandations validées par les experts du centre de preuves en dermatologie. 
La création d’un mini-site décisionnel reprenant les recommandations de prise en charge l’hidradénite suppurée offre une information complète et permet une meilleure appropriation par les professionnels de santé. 

Pour lire les recommandations : https://reco.sfdermato.org/fr/recommandations-hidradénite-suppurée

Partager

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Nous employons des cookies afin d’améliorer votre navigation, générer des statistiques, assurer le suivi des campagnes publicitaires et réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de confidentialité et de cookies et comment les gérer sur votre navigateur. Vous pouvez à tout instant modifier les paramètres de gestion de ces cookies.

Ok En savoir plus